Auvergne

Roc des ombres, Brèche d’Enfloquet, et Puy Violent

Je continue mon exploration du Cantal et cette fois-ci, c’est pour une randonnée au roc des ombres, à la brèche d’enfloquet pour finir par l’ascension du Puy Violent que je vous emmène.

C’est où ? Situé le plus à l’Ouest du Cantal, le puy Violent culmine à 1592m d’altitude. Pour accéder au départ de la randonnée, il faut se rendre à Récusset. Si vous venez de Salers, votre GPS vous fera passer soit par le Puy Mary, soit par Salers et le col de Néronne.

Ce site vous donne quelques détails sur l’itinéraire, mais nous, nous l’avons fait dans l’autre sens, en débutant par le roc des ombres, pour finir ensuite par le Puy Violent.

En effet, le parcours entre Recusset et le Puy Violent est assez « basic », un chemin large, dans la forêt, des cailloux, mais une route quoi. Même si elle est non pavée, cela reste une route assez large, pas ennuyeuse car c’est joli, mais cela requiert moins d’attention que le reste de l’itinéraire, et c’est donc, à mon sens, bien plus approprié pour une fin de rando, que l’autre partie de cet itinéraire de randonnée.

Pour cette rando j’étais accompagnée par mes 2 acolytes, qui souhaitent garder un peu l’anonymat. Ne vous étonnez pas donc  si vous ne voyez d’eux que leur sac à dos ou leur lointaine silhouette dans ces paysages du Cantal merveilleux. 😊

Une fois nos voitures garées non loin de Recusset, nous avons suivi l’itinéraire du GR, en rouge et blanc, en direction des sommets du Roc des ombres.

Longer un buron, quelques troupeaux, traverser une forêt, puis arriver en hauteur, ou la vue, à chaque pas, est de plus en plus merveilleuse.

Le paysage joue à cache cache avec le Puy Violent, notre « sommet final », mais avant toute chose direction le Roc des ombres !

Et ça grimpe, (on m’aurait menti ?) 🙂 , mais ça reste super faisable, la preuve : je l’ai fait ! 😊



Et pof, le sommet du Roc des Ombres, et la vue de l’autre côté de la montagne… tout en bas, troupeau et forêt à perte de vue. C’est splendide !

La végétation a changé, et notre parcours est parsemé de jolies petites fleurs, de sauterelles et criquets bondissants à chacun de nos pas. L’air est agrémenté du son des cloches des vaches, et les fleurs embaument notre parcours jusqu’au sommet. C’est magnifique !

Direction la brèche d’Enfloquet, et là encore, pof, la vue vers l’autre facette de la montagne nous saute au visage.

J’adore cet effet de surprise, qui est une fantastique récompense à ces efforts pour atteindre le sommet.

Nous poursuivons notre parcours, direction cette fois-ci, le Puy Violent, que nous apercevons au loin…

Le chemin s’élargit et devient plus vaste, et un peu moins plongeant, avec face à nous, sûrement la Corrèze et l’Aveyron à l’horizon. Derrière nous, une sorte de jolie photo de famille : les puys des monts du Cantal s’alignent d’une bien jolie manière. Je ne me lasserai pas de ces paysages là, c’est certain !

Le parcours est parsemé de gentiane, nous croisons quelques randonneurs, et nous voilà déjà au pied du Puy Violent pour notre ultime effort d’ascension. Allez hop, on y va !

Et c’est splendide !

La descente est un peu plus périlleuse, et nous decidons de couper à travers champs pour rejoindre le sentier en contrebas, celui qui nous ramènera à notre point de départ, un peu au dessus de Récusset.

S’éloigner du Puy Violent doucement, et randonner entre petites fleurs, papillons, gentiane, et vaches ! 😊

Admirer le splendide buron de Violental, et continuer notre route tranquillement.

Comme je vous le disais en début de ce récit, cette randonnée est chouette, mais variée en terme de sentiers et de paysages. La fin du parcours se fait sur ce gros chemin traversant la forêt, en contrebas du Puy Violent, de la Brèche d’enfloquet et du roc des ombres.

Un défilé de fleurs, de feuillages variés, et de fraises des bois plus tard, nous arrivons enfin à destination.

Cette randonnée était splendide ! Tellement splendide que je pense que je la referai 😊

Partis un peu avant 11h, c’est à 18h que nous avons rejoint notre voiture. Un rythme tranquille, une pause pique-nique pas trop rapide non plus, j’en avais un peu plein les pattes en arrivant, mais c’était juste ce qu’il fallait.

Les différents paysages que nous avons traversés au long de ce parcours sont vraiment intéressants, et variés. J’ai adoré avoir juste un nouveau point de vue sur le Puy Mary.

C’était aussi vraiment chouette de voir, de loin, cette fabuleuse route qui longe la montagne, entre le col de Néronne et Salers. J’adore cette route, et pouvoir la voir plutôt que la conduire est aussi vraiment appréciable.

Voilà donc une nouvelle facette du Cantal, et un puy de plus dans ma liste.

On y retourne quand ? 😊

Laisser un commentaire