Europe

Mon roadtrip en Andalousie

Voilà, c’est fait, je vous l’ai détaillé dans les publications précédentes, mais cette fois-ci laissez-moi vous faire un pti récap de mon roadtrip en Andalousie.

Au programme, ça aura été 6000km de route au départ de Clermont-Ferrand jusqu’à l’Andalousie, en presque 3 semaines.

Ce roadtrip, j’en rêvais depuis un moment, car je suis allée plusieurs années d’affilée, danser aux férias de Sévilla mais surtout de Jerez de la Frontera. Danser, en me disant : ok, cette fois-ci, je vais aller explorer l’Andalousie. Et puis en vrai, chaque jour je n’avais qu’une hâte : danser jusqu’à en perdre mon souffle, et vivre, pendant cette semaine de feria, au rythme des palmas, et des volants de ma robe de sevillanas virevoltants en contretemps sur mes mollets.

J’allais fêter mes 40ans, et ça faisait un moment que je n’avais pas pris la route, trop occupée par ma vie de photographe de mariage. Et quoi de mieux, pour passer ce cap, que de repartir sur la route avec mon fidèle appareil photo. Et puis, m’offrir une visite de l’Alhambra, ce palais auquel je rêvais depuis tant d’années. Au final, je l’aurai visité 2 fois, la veille et le jour de mon anniversaire !

Oui, en effet, il n’y avait pas mieux pour fêter mon anniversaire que ce roadtrip en Andalousie. J’ai le sentiment d’avoir checké une bonne grosse liste de choses à faire et à voir dans ma vie, et surtout : j’ai touché de près un territoire qui me tient à cœur. Quel rêve de pouvoir arpenter les rues désertes d’un petit village blanc typique, perdu au milieu de nul part, et d’entendre, en fond sonore, sur une veille radio, un air de sevillanas qui résonne…. oui, c’était parfait !

A ma grande surprise, avec le recul, je réalise que ce voyage était différent de mes attentes. Ce que j’attendais le plus (visiter l’Alhambra) n’aura pas été ce que j’ai aimé le plus. Idem, je m’attendais un minimum à baigner dans la danse, ou avoir l’occasion de placer quelque pasadas sur un carrelage froid d’un bar ou d’un hotel… Que dalle ! (oui oui, dalle/ carrelage, mon humour me perdra, je sais). 🙂

Ce voyage n’était finalement pas tant un voyage pour me retrouver moi vers la danse sévillanas qui me tient tant à cœur, mais plutôt une retrouvaille avec la photographe en vadrouille que je suis, et dont j’étais en manque. Une retrouvaille dans une contrée qui me tient à cœur et me parle.

J’ai adoré….

Assez de blabla, et si je vous montrais ça :

ETAPE 1 – Bilbao et San Sebastian et Onati

Il y a 1600km entre Clermont-Ferrand et Sevilla. Bilbao et San Sébastian, étaient à mi-chemin entre l’Auvergne et Sevilla, j’y ai donc fait une étape le temps d’un Week-end, et j’ai été charmée par Bilbao, et les paysages alentours. Vraiment ! (les détails de cette étape ici)

Et cette fois-ci, c’est la bonne, direction l’Andalousieeeeeeeeeee !!!! J’ai avalé les kilomètres et senti mes yeux se remplir d’émotions (on appelle ça des larmes aussi), lorsque le paysage se transformait en celui que je reconnaissais : les terres arides d’Andalousie, et les champs d’oliviers à perte de vue. Pas de doute, nous voilà en Andalousie !

2e étape : Séville

Séville, je ne m’en lasserai pas, même si, à ma grande surprise, la ville était très fréquentée alors que nous étions pourtant mi novembre. Séville reste très différente hors période de feria, mais c’est toujours un vrai régal de revisiter l’Alcazar , mais aussi de faire une pause au sommet du Metropole Parasol pour y admirer la vue. Cette fois-ci, Séville, je l’ai arpentée, en long, en large et en travers (forcément, quand on ne porte pas une tenue de sevillanas, c’est plus facile !). Il est de ces villes dont je ne me lasse pas, et Séville est toujours un plaisir à retrouver. (plus de photos de cette étape ici)

Etape 3 : Cadix

ou Cadiz, c’est comme vous voulez 🙂

J’ai eu du mal à trouver des infos sur Cadix en fait, sur quoi voir exactement, où se garer, ou quoique ce soit. Mais je comprends mieux : la ville reste assez petite. C’est finalement une copine tricoteuse qui, connaissant bien cette ville, m’avait convaincue de vraiment m’y arrêter pour visiter. Malgré le déluge que j’ai dû affronter ce jour-là, je garde de Cadix un plutôt joli souvenir. J’ai vraiment aimé ses ruelles étroites, et son bord de mer. La couleur de son sable, contrastant avec les bâtiments blancs. J’aime la mer en hiver, et je dois dire que ce jour-là, à Cadix, j’ai été servie ! 🙂 (+ de photo de cette journée ici)

ETAPE 4 : les villages blancs de la Sierra Grazalema

Oh que je l’ai aimé cette étape ! Hébergée à Arcos de la Frontera, un de ces villages, j’ai arpenté et exploré les routes qui me menaient à : Olvera, Benaocaz, Grazalema, Ubrique, Ronda, Zahara de la Sierra, Estepona, Jimena de la Frontera, Juzcar (je vous montre plein de photo de tout ça dans ces 2 articles sur le blog, ici et )

Où je veux retourner ? Ces petites routes près de Grazalema, quand les formes des rochers deviennent irréelles et qu’au moment le plus hypnotisant, on croise des moutons (cerise sur le gateau pour moi…. mouton sur le rocher pour eux 😀 ), ou des cochons noirs qui grouiquent dans la forêt en trottinant tranquillement.

Cette superbe route qui mène jusqu’à Juzcar, le village bleu des Schtroumpf. En plein novembre, certaines faces des collines avaient encore leur couleur d’automne, et c’était splendide !

Olvera m’avait aussi beaucoup beaucoup plu, car le village surplombe un paysage d’oliviers à perte de vue, on ne pouvait faire plus typique que ça.

Arcos de la Frontera reste aussi une belle surprise. Je l’avais prévue en « village étape » pour être hébergée, mais c’était au final bien plus que ça, car m’y promener au lever du soleil avant de prendre la route aura été bien surprenant : ses ruelles sont jolies, et débouchent souvent sur une superbe vue.

ETAPE 5 – Malaga

A ce stade de mon roadtrip, la fatigue commençait à se faire sentir. Malaga aura été une pause tranquille pour apprécier la vue du haut du château. Mais je dois admettre que ce n’est pas la partie du voyage que j’ai préféré, notamment parce qu’aujourd’hui, je sais que je préfère la nature et les petits villages aux grandes villes.

Et c’est pour cette raison que continuer à explorer quelques petits villages blancs proches de Malaga était une bonne idée. Canillas de Albaida, Almunecar, mais surtout Frigiliana, que j’ai vraiment aimé (car en plus, c’était désert de touristes !). Je vous montre plus de détails de cette étape dans cette publication

ETAPE 6 – direction Cordoba

Hop, on rattache sa ceinture et on fonce au Nord, direction Cordoba…

Mais avant d’atteindre Cordoba, il y avait un petit détour à faire, et je suis ravie de l’avoir trouvé, en grattant, cherchant et creusant dans mes guides de voyage : le Torcal de Antequerra, . Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, c’est un lieu surprenant par ses formations rocheuses singulières.

Puis arriver à Cordoba, et là, gros coup de cœur ! Aussitôt mes bagages déposés à mon auberge de jeunesse, j’ai été visiter la Mezquita. La Mezquita m’a complètement chamboulée, et tellement émue que j’ai décidé de la visiter 2 fois le lendemain. J’ai pourtant vu ce lieu des centaines de fois en photos sur internet, mais la grandeur et magnificence de ce lieu ne peut pas être retransmis en image. (mais je vous détaille cette étape ici)

J’ai aussi adoré le jardin de l’Alcazar de los reyes catolicos, ainsi que le museo taurino. Le musée Al Andalus était lui aussi très instructif, et quelle vue !

J’ai aussi profité de ces 3 jours d’escale à Cordoba pour aller explorer Ubeda et Baeza, des villages classés au patrimoine mondial de l’humanité. Un style architectural complètement différent de ce que j’avais pu observer jusqu’à présent lors de ce roadtrip en Andalousie, et ce que j’ai préféré de cette escapade là aura été de conduire entourée d’oliviers, à perte de vue. Oui oui, j’ai bien dit à perte de vue !

Se rapprocher de mon but principal pour ce roadtrip en Andalousie, mais avant ça, il y avait une petite étape : une journée dans les Alpujarras !

ETAPE 7 – Las Alpujarras

Hop, c’est reparti direction le sud… dépasser Granada en sachant que j’y reviendrai dans la soirée poser mes bagages. J’ai donc passé une journée dans les Alpujarras avec un ami. (cette étape est ici sur le blog)

Les Alpujarras, se situent dans la Sierra Nevada, cette chaîne de montagnes entre Grenade et Almeria, parsemée de villages tout aussi blancs que ceux que j’avais vu dans la Sierra Grazalema.

Si vous voulez un bon grand bol d’air bien frais et pur, c’est le moment ! 🙂

Au programme de cette étape : Trevelez, Pitres, Bubion, Capileira, et Pampaneira

ETAPE 8 – Granada

Bon voilà, on y est, Grenade la belle, et son Alhambra. C’était l’objectif de ce voyage, le truc tant attendu. J’ai réalisé peu de temps avant mon départ pour ce roadtrip qu’il me manquerait sûrement du temps : en effet, je ne suis resté à Grenade tout juste 2 jours (incluant 2 visites de l’Alhambra). Ce fût bref, mais croyez-moi, j’en ai des km dans les pattes avec mon appareil photo.

Mais je crois qu’il va falloir que j’y retourne (et je ne vais pas m’en plaindre hein). En effet, très focalisée sur mes visites de l’Alhambra, et étant sur la fin de mon voyage, la fatigue se faisait sentir. 2 journées de plus n’auraient sûrement pas été de trop pour pouvoir vraiment m’approprier cette ville, que j’ai, au final, parcouru un peu à la va-vite. (plus de photos de cette étape dans cet article)

et bien sûr, l’Alhambra, en fin d’après-midi, ou le matin, c’était juste splendide. Le lieu était quand même très fréquenté pour une période hivernale, alors j’imagine l’affluence en été !

Puis quitter Granada, le jour de mon anniversaire, pour m’offrir un petit passage dans le désert, en direction d’Almeria.

ETAPE 9 – Almeria

(retrouvez + de photos de cette étape ici )

Lorsque l’on va à Almeria depuis Granada, il nous faut traverser une partie désertique de l’Andalousie, où les oliviers n’ont plus leur place, et seul la terre et la roche dominent les lieux. Le désert de Tabernas a été, dans le passé, un lieu de tournage des western spaghettis, et les structures utilisées pour ces films ont été préservées et transformées en attraction touristique. C’est donc un petit goût de Western, de cow-boy et d’indiens que l’on retrouve là, même si, pour avoir vu le vrai désert de l’Ouest américain, les villages fantômes de pionniers américain, il faut avouer que ça reste ici, du fake/ »machine à pognon », mais c’est plutôt rigolo à voir. On s’y croirait « presque » (parce que Hollywood est dans le Texas, c’est bien connu!) 🙂

Puis prendre la route pour retrouver des espaces un peu plus naturels, à savoir, la réserve de « Cabo de Gata ». Cabo de Gata, c’est vide, c’est simple, c’est beau ! J’ai beaucoup aimé cette ultime escale en bord de mer qui, début décembre était très très peu fréquentée.

et finir la journée en posant mes valises à Almeria.


Ce sera mon ultime étape en Andalousie, je reprenais la route direction la frontière, près du désert des Bardenas (à mi-parcours jusqu’à l’Auvergne) pour une dernière nuit en vacances.

De ce roadtrip, j’avais concentré mon énergie et mon temps sur la zone autour de Sevilla, que je connaissais et voulais à tout pris revoir et prendre le temps d’explorer. Je n’ai pas de regrets car c’est vraiment la partie que j’ai préféré en tant qu’exploration de paysages et de routes. J’ai vraiment été surprise par Cordoba et j’y retournerai volontiers. Quant à Granada et son Alhambra, c’était juste ce qu’il faut pour moi.

Je pense que la partie autour d’Almeria mérite d’y passer plus de temps à explorer ses paysages et ses côtes sauvages. J’espère y retourner lors de mon prochain voyage en Andalousie (pour aller danser à la feria !)

Au final, j’aurai conduit presque 6000km en un peu moins de 3 semaines. Si vous aviez vu la tête de l’agent de location de voiture quand je lui ai rendu la voiture, ça valait son pesant d’or ! 🙂

La location de voiture m’aura couté même pas 300€ en kilométrage illimité, et une fois la frontière espagnole franchie, le coût de l’essence s’est réduit. Pas de péages non plus, ça fait réfléchir…

ça n’est, c’est certain, pas le même budget qu’un roadtrip aux USA (où les hotels sont bien moins cher pour un standard supérieur à ce qu’on trouve ici en Espagne), mais l’Espagne reste une super destination pour ce type de voyage. Finalement, en basse saison, j’ai alterné auberge de jeunesse (dans les villes que je connaissais et où je savais que j’allais arpenter en long, large et en travers), et hôtel dans les petits villages.

AirBnB restait une contrainte pour moi, en terme d’horaire de remise des clés, mais aussi, au final, de coût. En effet, en basse saison, les hotels sont heureux de vous accueillir, leur tarifs sont super accessibles et bien plus disponibles. Pourquoi se priver ?

J’aurai rapporté avec moi de ce voyage plus de 4000 photos, mais étant photographe de mariage, je n’ai pas vraiment peur de ce volume ! 🙂 Le plus long aura été finalement de publier sur le blog.

Et j’espère que cela vous a plu, et vous donnera envie de visiter l’Andalousie 🙂

Un commentaire

Laisser un commentaire